Alain Bashung

 

Révélé par le méga tube "Gaby Oh Gaby" à la fin des 70's, Alain Bashung n'a depuis plus quitté le paysage de la "bonninissime" chanson française. Il en est même devenu le parrain occulte. Un parrain un peu "strange" et fort discret sur le front médiatique. Mais avant de s'imposer, l'alsacien de circonstances, il est né à Paris en 47, aura connu quelques longues et pesantes années de galères en tout genre.

Gaby, donc ! Avec ses paroles étranges et délurées (écrites par Boris Bergman), la chanson fit l'effet d'une "bebom" dans le landerneau d'une chanson française désertée par ses grandes figures (Brel, Brassens, Ferré), et où seul Serge Gainsbourg surnageait. Et il aurait pu en rester là, et c'est d'ailleurs ce que beaucoup lui prévoyaient, mais Bashung sous ses airs de pistolero loser a de la ressource et un autre méga tube "Vertige de l'Amour" vint enfoncer le clou en 1981.

Bashung "tubesman" non point ! Car l'homme est un franc tireur, un desesperado et il n'hésite jamais à casser son image pour se faire (musicalement) plaisir. Peu lui chaut de désarçonneré son public et c'est peut être là le secret de sa longévité.

 

 

Sa Discographie